Cession d'entreprise que faire de la trésorerie

Cession d’entreprise : que faire de la trésorerie ?

La trésorerie d’une entreprise désigne l’argent liquide dont elle dispose à son actif. Il peut provenir de plusieurs sources, notamment des bénéfices, des avances des clients et des comptes courants d’associés.

Les dettes des fournisseurs peuvent également être comptabilisées dans la trésorerie.

L’importance de la trésorerie prend tout son sens lors de la vente de l’entreprise. En effet, une cession implique le passage de propriété à un tiers. Concrètement, plus la trésorerie est importante, plus la valeur de vente est élevée.

La question qui se pose après la cession d’une entreprise concerne la gestion de sa trésorerie. Les solutions telles que la revente, le remboursement ou l’acquisition du capital restant varient en fonction de la situation et de l’état financier.

Cet article examine de près la constitution d’une trésorerie, sa gestion ainsi que les comptes qui y sont associés.

Comment est constituée la trésorerie ?

Cette question s’adresse particulièrement aux entreprises qui ont accumulé des réserves financières importantes. En effet, il est possible que ces dernières se composent principalement de fonds de roulement liés à l’activité.

Voici les éléments pouvant constituer la trésorerie d’une entreprise :

  • Avances de clients ;
  • Dettes de fournisseurs ;
  • Bénéfices Brut.

La connaissance de ces différentes sources permet d’évaluer la nature de la trésorerie. Cette information sert de base à la gestion du capital financier de l’entreprise.

L’objectif est de déterminer si le cédant (ancien propriétaire de l’entreprise) a le droit de retirer tout ou partie de la trésorerie. Il se peut également que cette somme ne puisse pas être retirée. Cette restriction découle souvent de la nécessité de maintenir des liquidités pour assurer le bon déroulement des activités de l’entreprise.

Une trésorerie libre dans une entreprise peut également poser des problèmes au repreneur en termes de financement. Dans ce contexte, une banque pourrait lui refuser un prêt qui lui permettrait d’acquérir une entreprise avec une trésorerie dépassant les 100 000 euros.

Sortie de trésorerie en cas de cession d’entreprise

Les réserves et le compte courant associé sont les principaux leviers permettant « la sortie » de la trésorerie d’une entreprise avant sa cession. Cette démarche implique que le vendeur retire partiellement ou intégralement les fonds de l’entreprise avant sa vente.

L’avantage de cette initiative réside dans la simplicité du processus de vente, car le prix du fond de commerce est réduit. La sortie de trésorerie avant la cession d’entreprise se révèle aussi bénéfique pour le cédant que pour le repreneur.

Se rembourser avant de céder

Les propriétaires d’une entreprise peuvent légalement envisager un remboursement avant la cession.

Cette démarche nécessite le retrait d’un montant équivalent aux dividendes liés à l’investissement initial. Le remboursement de prêts relatifs à l’activité permet également de prélever une certaine somme de la trésorerie.

Remboursement du repreneur

Comme mentionné précédemment, le repreneur peut être amené à acheter la trésorerie d’une entreprise. Cela déclenche un processus de remboursement de sa part.

Il peut contracter des prêts ou utiliser ses propres fonds pour financer l’acquisition, conduisant au remboursement progressif de cette somme.

Voici les différentes options envisageables pour ce remboursement :

  • Versements échelonnés ;
  • Paiement à la clôture de la transaction ;
  • Autres accords entre les parties.

La négociation des modalités s’appuie sur une charge financière raisonnable pour l’acheteur et une valorisation réaliste de l’entreprise du cédant.Haut du formulaire

Rachat du compte courant d’associé par le repreneur

Lors d’une cession d’entreprise, le repreneur a la possibilité d’opter pour un rachat du compte courant d’associé. Ce compte représente les montants investis par les actionnaires depuis la création de l’entreprise.

Le repreneur peut choisir de rembourser le compte courant d’associé lors de l’acquisition. Cette action sera alors intégrée comme une composante du financement global de l’opération.

Pour le cédant, c’est une manière de récupérer les sommes investies dans l’entreprise au fil des ans, tout en fournissant au repreneur une source de financement supplémentaire.

La réserve légale

La réserve légale est obligatoire pour certaines sociétés. Elle représente un pourcentage des bénéfices accumulés antérieurement par l’activité. La réserve légale est un outil qui permet de simplifier la gestion de trésorerie et la cession d’entreprise.

Lors de la cession d’une entreprise, la distribution de dividendes liés à la réserve légale est possible. Cependant, cela requiert une anticipation préalable.

Si elle est effectuée tardivement, le partage des dividendes peut être soumis à des contraintes règlementaires.

Concrètement, il est impossible de réaliser deux distributions de dividendes consécutives à quelques jours de la cession.

Cela implique une anticipation et une planification du processus de cession en rapport avec les procédures de partage des dividendes de la réserve légale de l’entreprise.

Le compte courant d’associé [LK1] 

Généralement, le compte courant d’associé est créé lorsqu’une réinjection de trésorerie est nécessaire.

La somme représente en réalité une avance ou un prêt consenti par les associés à l’entreprise. Un versement d’intérêt résulte de cet accord, lequel est  déductible des bénéfices de l’entreprise.

Lors de la cession, il est impératif de solder le compte courant. Cette action est d’ailleurs recommandée pour faciliter la reprise d’activité de l’entreprise. La demande de remboursement par l’acheteur est également envisageable.

Il est également possible de reprendre la somme du prêt directement de la trésorerie avant la cession. Une fois de plus, cette initiative se révèle bénéfique pour les deux parties, car elle facilite la vente de l’entreprise.

En conclusion, la gestion de la trésorerie d’une entreprise est un aspect essentiel lors de sa cession. Comprendre sa nature s’avère déterminante pour orchestrer le partage ou la vente du capital. Plusieurs options permettent d’obtenir une part, voire la totalité de la trésorerie. La réserve légale et le compte courant associé sont des outils facilitant cette gestion dans le contexte spécifique d’une cession d’entreprise.